Autour du losange

Soumis par patrick.dupre le 29 juill. 2021 - 20:04

 

Après ma première chronique «Autour du losange» de la saison, les Pionniers ont, comme à l’habitude, sorti leur papier à lettre et mon facteur a été complètement débordé par mon imposante correspondance. Quel bon prétexte pour ramener un premier «Courrier des Pionniers» depuis fort longtemps… Commençons sans tarder par une lettre que j’ai reçue de Maxime Dyja, un joueur qui avait à peine quatre ans lorsque j’ai commencé mon ascension vers le statut de joueur étoile dans cette ligue. Maxime, qui n’est pas très familier avec les traditions des Pionniers, me demande donc si cette rubrique n’est réservée qu’aux rares joueurs qui, comme moi, bénéficient du statut de joueur étoile. La réponse est, évidemment, négative. J’ai parlé de nombreuses fois de Dominic «Le schtroumpf» Dubuc et de Michel «Magnum» Daneault et je peux te certifier que je n’ai jamais réussi à trouver l’ombre d’un exploit chez ces deux joueurs. Tout le monde a sa place dans cette chronique. Je pourrais même parler de Julien Lopresti s’il oubliait son gant au terrain… Un autre qui n’est pas tellement familier avec les traditions de la ligue, c’est Mathieu Lapierre. Ce dernier m’écrit pour savoir pour quelle raison son nom n’est toujours pas associé à un de nos règlements. Réponse très simple : dès que le règlement portant sur une balle qui disparaît dans la barbe d’un joueur sera adopté, tout le monde pensera à toi… Le vétéran Bernard Duquette m’a envoyé un parchemin (Il se plaint que je ne reçois pas ses télégrammes) pour me demander si j’allais écrire des éphémérides sur des grands moments de l’histoire de la balle à La Prairie. Malheureusement, je n’ai trouvé personne d’assez vieux pour me décrire le premier coup sûr de Bernard à la balle, à une époque où le Vieux La Prairie n’était pas encore vieux… Parlant d’éphémérides, JC Houde a noté des mots difficiles à comprendre dans ma dernière chronique et me demande s’il faut absolument qu’il y ait des termes que seul un grand intellectuel comme Dom Dalpé peut comprendre. C’est pourtant clair que, si Dom Dalpé a des lunettes, ce n’est pas parce qu’il est intellectuel, mais c’est une maudite bonne justification pour tenter de faire croire qu’il n’attrapait jamais une balle dans le champ parce qu’il ne «la voyait pas»… Le rabat-joie François Leblanc m’a expédié une missive déplaisante dans laquelle il se plaint d’avoir l’impression de savoir à l’avance ce que je vais écrire dans cette chronique et qu’il trouve cela ennuyant. Je comprends tout à fait ce sentiment que j’ai, d’ailleurs, ressenti à plusieurs reprises en jouant avec le capitaine d’Almar. J’étais alors fort ennuyé de pouvoir prédire que les balles frappées dans sa direction lui passeraient invariablement par-dessus la tête. Toutefois, j’espère que ma chronique contient parfois de l’inédit, comme lorsque François décide de charger les balles pourtant frappées derrière lui et qu’il s’étend de tout son long au champ extérieur. Je ne pourrais me passer de tant de moments épiques!!!