Le blog de patrick.dupre

Blogue

Autour du losange

Soumis par patrick.dupre le 24 août 2021 - 10:30

 

Une chaleur particulièrement suffocante a marqué cette fin de saison régulière, la semaine dernière, à un tel point que Mike McMahon a même songé, l’espace d’une nano seconde, à enlever son célèbre col roulé. Mike s’est toutefois rapidement ravisé, s’emparant alors du champ centre pour mieux nous rappeler les belles années de Josée Chouinard en s’écroulant au sol sans raison apparente lors d’une belle frappée vers lui. Afin de moins subir les effets de la chaleur, Mike songerait maintenant à ramener la mode (qui n’a pourtant jamais existé!) de porter un sombrero en public… Pascal Carpentier a finalement capté une balle au deuxième but et a même semblé savoir ce qu’il faisait sur le terrain… Personne ne m’avait dit que la ville de La Prairie avait repris la projection de films en plein air. Pourtant, jeudi dernier, les joueurs d’avant-champ des Boutiques Marcado nous ont clairement donné leur version vivante du film «Les Misérables» pendant leur entraînement d’avant-match. Nous avons même eu droit à un programme double lorsque Bruno Laporte nous a donné sa version personnelle du succès français des années 80 «Les Sous-doués» en redirigeant un faible roulant directement dans sa face… Dans le même sujet, j’envisage d’écrire le scénario d’un film dans lequel Nicolas Dumesnil court dans un champ avec un robot et un épouvantail en chantant «Somewhere Over the Rainbow » et en attrapant des petits ballons frappés dans sa direction au champ droit. Vous aurez compris que le dernier bout de phrase s’apparente clairement à de la science-fiction…Le passé semble rattraper Pierre-Luc Rioux qui pourrait très bien devoir quitter ses fonctions de président (ou de propriétaire, selon lui!) de la ligue en raison de faits scandaleux s’étant déroulé il n’y a pas si longtemps. En effet, Mathieu Lapierre nous a appris que notre distingué président trafiquait les résultats des matchs de badminton qu’il organisait! Il faut toutefois admettre que ces magouilles ne semblent plus fonctionner alors que Pierre-Luc demeure incapable de modifier le résultat de ses présences au bâton et de se donner une apparence de respectabilité dans la colonne des meilleures moyennes de la ligue… La grande nouvelle de la semaine, et c’est la raison pour laquelle j’écris une deuxième chronique en sept jours, est sans conteste mon retrait sur des prises sur décision de jeudi dernier. Plusieurs langues sales et mauvais joueurs de la ligue m’ont sommé d’expliquer celui-ci dans ma chronique, alors voici le portrait. Alors que je m’apprêtais à humilier la pitoyable défensive d’Almar Construction (le pauvre François Leblanc, dans un autre moment d’égarement, s’était même attribué la position de deuxième but), Dominic «Le pas tant gentleman» Raymond a profité d’un moment de confusion de ma part ( Je m’attendais à voir arriver au marbre d’un instant à l’autre la rapide qu’André «Cy Young» Caya m’avait lancée deux manches plus tôt et je devais subir des propos délirants de François Leblanc et la simple présence insupportable de Dominic Dalpé) pour m’envoyer une prise chanceuse qui a complètement consterné les nombreux observateurs et les joueurs d’Arbivore qui ne s’en sont clairement jamais remis…

Blogue

Autour du losange

Soumis par patrick.dupre le 18 août 2021 - 14:47

 

Dans ce dernier droit de la saison régulière, toute une lutte se dessine pour le premier rang! Libre Service Ian Rajotte, qui alignait les victoires à la même vitesse qu’une balle rapide d’André «Cy Young» Caya (et ça, c’est particulièrement lent!), effectue une spectaculaire remontée de fin de saison pour rejoindre le peloton. Je soupçonne François «Le Marquis» Perron d’avoir mis un expert des investigations, Michel «Magnum» Daneault, sur l’affaire et de l’avoir chargé de retrouver la stratégie gagnante de Dan Pomenta (la seule d’ailleurs) égarée quelque part dans un dépotoir depuis 2016. Ces nouvelles recherches de Magnum l’ont peut-être même incité à réactiver l’enquête sur le plan grand mystère, toujours irrésolu, de sa carrière: la disparition du chat Pantoufle… Éric «Le Chevreuil» Loiselle n’était pas content de n’avoir pas encore vu son nom dans cette chronique, me reprochant de perdre mon temps avec des joueurs sans importance comme Mathieu «La Bête» Lacoste (futur prodige de l’école de diction Pierre Dufault). Le Chevreuil est ainsi arrivé au terrain le couteau entre les dents décidé à me faire beaucoup de peine en me ravissant mon titre de champion frappeur… Cet été, j’ai réussi à mettre, pour une toute première fois, les mots «Dom Dubuc» et «réaction» dans la même phrase. Même le principal intéressé n’en revenait pas!... On me dit que la rumeur selon laquelle Éric «Le Chevreuil» Loiselle (temporaire et illégitime champion frappeur de la ligue) se serait endormi au marbre en attendant la rapide d’André «Cy Young» Caya ne serait pas fondée... L’ex-rapide coureur Pierre-Luc Rioux nous a aussi démontré, cet été, que la vitesse ne l’avait pas complètement quitté alors qu’il a démontré que, lors des faibles roulants frappés en sa direction, la balle sortait très rapidement de son gant, incitant même le grand stratège Maxime Dyja (temporaire capitaine d’Arbivore) à inciter tous les frappeurs de son équipe à frapper dans sa direction… Michel Senécal a réussi l’exploit de frapper cinq coups sûrs en un match la semaine dernière, surpassant ainsi en un seul match un exploit parfois oublié remontant à 2012. Le très dangereux Dominic «Le schtroumpf» Dubuc n’avait alors pas été foutu de frapper cinq coups sûrs… dans toute l’année!

Blogue

Autour du losange

Soumis par patrick.dupre le 29 juill. 2021 - 20:04

 

Après ma première chronique «Autour du losange» de la saison, les Pionniers ont, comme à l’habitude, sorti leur papier à lettre et mon facteur a été complètement débordé par mon imposante correspondance. Quel bon prétexte pour ramener un premier «Courrier des Pionniers» depuis fort longtemps… Commençons sans tarder par une lettre que j’ai reçue de Maxime Dyja, un joueur qui avait à peine quatre ans lorsque j’ai commencé mon ascension vers le statut de joueur étoile dans cette ligue. Maxime, qui n’est pas très familier avec les traditions des Pionniers, me demande donc si cette rubrique n’est réservée qu’aux rares joueurs qui, comme moi, bénéficient du statut de joueur étoile. La réponse est, évidemment, négative. J’ai parlé de nombreuses fois de Dominic «Le schtroumpf» Dubuc et de Michel «Magnum» Daneault et je peux te certifier que je n’ai jamais réussi à trouver l’ombre d’un exploit chez ces deux joueurs. Tout le monde a sa place dans cette chronique. Je pourrais même parler de Julien Lopresti s’il oubliait son gant au terrain… Un autre qui n’est pas tellement familier avec les traditions de la ligue, c’est Mathieu Lapierre. Ce dernier m’écrit pour savoir pour quelle raison son nom n’est toujours pas associé à un de nos règlements. Réponse très simple : dès que le règlement portant sur une balle qui disparaît dans la barbe d’un joueur sera adopté, tout le monde pensera à toi… Le vétéran Bernard Duquette m’a envoyé un parchemin (Il se plaint que je ne reçois pas ses télégrammes) pour me demander si j’allais écrire des éphémérides sur des grands moments de l’histoire de la balle à La Prairie. Malheureusement, je n’ai trouvé personne d’assez vieux pour me décrire le premier coup sûr de Bernard à la balle, à une époque où le Vieux La Prairie n’était pas encore vieux… Parlant d’éphémérides, JC Houde a noté des mots difficiles à comprendre dans ma dernière chronique et me demande s’il faut absolument qu’il y ait des termes que seul un grand intellectuel comme Dom Dalpé peut comprendre. C’est pourtant clair que, si Dom Dalpé a des lunettes, ce n’est pas parce qu’il est intellectuel, mais c’est une maudite bonne justification pour tenter de faire croire qu’il n’attrapait jamais une balle dans le champ parce qu’il ne «la voyait pas»… Le rabat-joie François Leblanc m’a expédié une missive déplaisante dans laquelle il se plaint d’avoir l’impression de savoir à l’avance ce que je vais écrire dans cette chronique et qu’il trouve cela ennuyant. Je comprends tout à fait ce sentiment que j’ai, d’ailleurs, ressenti à plusieurs reprises en jouant avec le capitaine d’Almar. J’étais alors fort ennuyé de pouvoir prédire que les balles frappées dans sa direction lui passeraient invariablement par-dessus la tête. Toutefois, j’espère que ma chronique contient parfois de l’inédit, comme lorsque François décide de charger les balles pourtant frappées derrière lui et qu’il s’étend de tout son long au champ extérieur. Je ne pourrais me passer de tant de moments épiques!!!

Blogue

Autour du losange

Soumis par patrick.dupre le 19 juill. 2021 - 16:13

 

Profitant d’un moment de lucidité (et à son âge, il ne lui en reste certainement plus beaucoup!), «L’Élégant» François R Côté m’a demandé, lors du dernier party de fin de saison, de faire revivre cette défunte chronique dans laquelle j’analysais diligemment les activités de la ligue. Mon célèbre blogue ressuscite donc aujourd’hui, un peu comme si Roger «Robocop» Thomas revenait d’entre les morts pour nous réclamer un double non crédité en 2009… François Lapointe était très heureux de nous mentionner qu’il est devenu un fier diplômé de l’école de frappeur Patrice Chevalier pendant la pandémie. La volubile receveur, passé maître dans l’art de regarder passer la balle lorsqu’il va au bâton, pourrait finalement s’élancer d’ici la mi-août… Paul Harrison affirme à qui veut l’entendre qu’il a travaillé sur sa souplesse pendant la pandémie et que son gant rejoint maintenant le sol. Son objectif : devenir plus souple que le toujours athlétique Steve «Stewie» Fillion Leroux avant la fin de la saison. Toute une commande!… Pour sa part, Mathieu «La Bête» Lacoste affirme à qui veut l’entendre qu’il est toujours un frappeur de puissance et qu’il pourrait frapper un certain nombre de coups de circuit cette année. Mathieu a passé la pandémie à travailler sur sa diction en français pour parvenir à prononcer adéquatement des mots difficiles comme le nom du commerce «Ben et Florentine». Il a toutefois convenu que le fait de s’exercer avec des joueurs qui s’expriment dans un français incompréhensible comme Dan Pomenta et Patrick Anglehart ne l’a pas vraiment aidé… On me dit à l’instant que Roger «Robocop» Thomas serait toujours parmi nous et qu’il jouerait toujours dans la ligue. On aura tout vu!... Pendant la pandémie, Alexandre Grenier a cherché un moyen de s’élever au rang de légende de la ligue et s’est inspiré d’un monument : Yves Mailloux.  Alexandre n’a pas perdu son temps et y est allé d’une des scènes les plus disgracieuses que j’ai vues au terrain (bien pire que le botté du gant). L’adonis des pauvres s’est complètement dévêtu au champ droit avant même son premier match de la saison, traumatisant ainsi les nombreux enfants qui regardaient par la fenêtre au même moment. Avisé de cette situation inacceptable, le pauvre Éric Tougas nous a, à nouveau, montrer son dynamise en faisant exactement la même chose que lorsqu’une balle est frappée vers lui au champ extérieur : rien. S’il avait été présent au terrain, Renaud Lavoie (de TVA Sport) aurait clairement crié au scandale!...  Dominic «Le Gentleman» Raymond a démontré beaucoup de classe en s’excusant auprès de Keean Heering (c’est un vrai joueur de la ligue!) de l’avoir fait mal paraître au bâton lors de son premier match avec les Pionniers. Dominic Dalpé était furieux de ce comportement, notant qu’aucun lanceur de la ligue ne le traite de cette façon même s’il a l’air fou à chacune de ses présences depuis de nombreuses années… Bonne semaine!